Image

La formation professionnelle et technique, un levier pour le développement économique d’Haïti

Écrit par Samuel Pierre

Au cours de la dernière décennie, beaucoup d’investissements ont été consentis dans le secteur de la formation professionnelle et technique en Haïti, notamment par des bailleurs de fonds internationaux. Toutefois, force est de constater que le secteur n’a pas pu se développer avec la vigueur qui permettrait au pays de bénéficier d’une main-d’œuvre qualifiée et expérimentée pour son développement. Pourtant, ce ne sont pas les occasions et les défis qui manquent : une jeunesse haïtienne nombreuse qui cherche désespérément des établissements postsecondaires pour l’accueillir à la fin des études secondaires, des entreprises locales de divers secteurs qui font appel à des techniciens qualifiés venant de l’extérieur du pays pour occuper certains postes, des écoles et des centres de formation professionnelle de plus en plus structurés et spécialisés qui n’arrivent pas à placer sur le marché du travail les cohortes d’étudiants qu’ils forment, un Institut national de formation professionnelle (INFP) qui manque cruellement de moyens pour s’acquitter de sa mission de régulateur du secteur, un secré- tariat d’État à la formation professionnelle qui peine à trouver une orientation stratégique et un plan opérationnel pour dynamiser le secteur. La principale difficulté vient du fait qu’il n’y a pas encore un arrimage efficace entre les besoins du marché du travail haïtien et les programmes de formation offerts par les établissements d’enseignement supérieur. Comment remédier à cette situation?

 

Pandan dènye dizan ki sòt pase yo, anpil envestisman te fèt nan sektè fòmasyon pwofesyonèl ak teknik, sitou avèk lajan òganizasyon entènasyónal yo. Kwak sa, nou konstate, se pa pi devlope sektè sa a rive devlope pase sa, jouk pou li ta rive fè peyi a benefisye yon mendèv ki ta gen kalifikasyon ak eksperyans kòdyòm pou devlòpman peyi a. Ki pi rèd, peyi a plen sitiyasyon ak okazyon ki ka bay opòtinite pou sa: yon foultitid jèn apre etid segondè yo, tèt yo prèt pou pati, nan chache etablisman nivo siperyè pou resevwa yo, latriye antrepriz nan peyi a, nan plizyè sektè, al chache teknisyen kalifye, ki soti aletranje pou yo vin okipe bonkou pòs, dal lekòl ansanm ak sant fòmasyon ki, atout yo estriktire epi espesyalize, pa rive mete nan travay makòn powomosyon etidyan yo fin prepare, yon Enstiti Nasyonal Fòmasyon Pwofesyonèl-ENFP ki manke mwayen pou li jwe wòl li kòmsadwa pou li reglemante sektè a, epitou yon sekretarya Leta pou fòmasyon pwofesyonèl ki pa menm ka rive tabli estrateji ak plan pou oryante operasyon sektè a, epi mete lavi ak nouvote nan sektè a.

Lire l'article en français.

Lire l'article en créole.